Archives de Tag: identité genrée

Le Body Art au féminin

Le Body Art se révèle comme étant un vecteur privilégié pour formuler une parole virulente qui interroge, bouscule le statut du corps tant dans l’intimité de chaque individu que dans la place que lui concède la société. Les recherches d’ORLAN permettent notamment de cristalliser sa pensée subversive quand au statut octroyé à la femme et à son corps par notre société. La radicalité de ces actions nous permet de croire que des problématiques singulières fleurissent dès lors que les body artistes sont des femmes. Les articles qui retiendront notre attention se proposent d’étudier la question sous un angle psychanalytique.

ORLAN, Operation-Opera (Fifth Surgery Performance), 6 juillet 1991, Paris, cibrachrome in diasec mount,165 x 110 cm.

Lire la suite

Publicités

Le rapport particulier au corps dans le body art et l’art charnel

Le Body Art et l’art charnel, affirmant le corps comme seul et unique médium artistique, adhèrent aux conceptions de l’enveloppe corporelle comme véhicule de la quête identitaire. Il nous a donc parut nécessaire de souligner ce rapport particulier à la chair dans ces courants développant de nouvelles pratiques artistiques dans lesquelles s’affirment des visions et des usages inédits du corps.
Par ailleurs, les articles qui suivrons nous permettrons d’aborder un aspect propre à ORLAN: la multiplicité des identités résultant de ses nombreuses transformations corporelles.

ORLAN, Needle of anesthetizing syringe in upper lip, 7th Surgery-Performance Titled Omnipresence, New York, 1993, Cibachrome dans diasec vacuum / Cibrachrome in Diasec mount, 165 x 110 cm.

Lire la suite

Du travestissement dans l’art contemporain : la remise en question de l’identité genrée

Lüthi Urs, Tell me who stole your smile, photograhie faisant partie d’une série de huit, 1974, 44,2 cm x 32,4 cm, signée et nommée : « Urs Lüthi 45/60 », kunstmuseum Luzern, Suisse, © Urs Lüthi.

Préoccupés par la question du genre, les artistes contemporains recourent aux nouvelles théories constructionnistes et constructivistes afin de démontrer que le genre est profondément culturel. Ainsi, le travesti ou le transsexuel mettent en lumière les codes genrés du sexe opposé en se les appropriant, et affirment le genre comme une construction.

Lire la suite